Historique 2017-10-27T15:52:32+00:00

UN PEU D’HISTOIRE…

La naissance d’une association d’entreprises

1999, CREATION DE L'ADEFIA

En 1999, l’Adéfia (Association pour le Développement de l’Emploi et de la Formation dans les Industries Agroalimentaires de Bretagne) est créée par une quinzaine de dirigeants agroalimentaires. L’objectif est de faire reconnaître un pôle de compétences et d’innovation fondé sur des travaux collectifs dans le domaine du social, dont le périmètre s’élargira considérablement au fil des années (organisation du travail, performance collective et individuelle, management, santé au travail, gestion des Ressources Humaines et des compétences, politiques de rémunération…).

2001, CREATION DE L'ABEA

En 2001, l’ABEA (l’Association Bretonne des Entreprises Agroalimentaires) voit le jour à l’initiative de chefs d’entreprises bretons et avec l’appui des pouvoirs publics. Porte-parole de l’industrie agroalimentaire bretonne, signataire et animateur de grands contrats de politique contractuelle (PAAR, Contrat de filière), l’ABEA propose aux entreprises des programmes collectifs d’appui à la compétitivité essentiellement dans le domaine économique (marketing, communication, nutrition-santé, logistique, développement durable….).

2012, L'ABEA ET L'ADEFIA SE REGROUPENT

Juillet 2012 marque un tournant important dans l’histoire de l’organisation du secteur industriel agroalimentaire en Bretagne puisque l’ABEA et l’Adéfia se regroupent sous la bannière ABEA. La nouvelle organisation propose désormais une offre de service complète aux entreprises agroalimentaires bretonnes puisqu’elle couvre à la fois les thématiques économiques et sociales traitées jusqu’alors distinctement par l’une et l’autre des associations. Elle permet également d’assurer une force de représentation plus cohérente vis-à-vis des pouvoirs publics.

2014, RENFORCEMENT DE LA STRATEGIE

En 2014 l’ABEA s’engage de manière déterminée dans le renforcement de sa stratégie et de son action en matière d’emploi et de formation : développement de synergie avec les branches nationales agro et création d’une instance de dialogue social.